Archives du mots-clés: schl

Un prêt du fédéral qui pourrait coûter cher

Le programme d’aide fédéral aux premiers acheteurs d’une propriété, qui entrera en vigueur le 2 septembre 2019, pourrait vous coûter plus cher que vous ne le croyez.

Ce nouvel incitatif permettra aux acheteurs d’une première maison de financer une partie de leur demeure auprès de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), jusqu’à concurrence de 5 % de la valeur d’une habitation déjà existante ou de 10 % d’une nouvelle construction.

Ceci sera offert aux acheteurs dont le revenu familial annuel est inférieur à 120 000 $ et qui disposent du montant minimal requis de la mise de fonds pour une hypothèque assurée.

Des économies mensuelles

L’incitatif aura pour effet immédiat d’abaisser les paiements mensuels d’hypothèque des premiers acheteurs et donc de favoriser l’accès à la propriété. Par exemple, une maison de 350 000 $ achetée avec mise de fonds minimale de 5 % par un premier acheteur pourrait représenter une économie de 86,33 $ à 186,10 $ par mois.

Sur toute la durée de l’hypothèque, c’est une épargne de plusieurs milliers de dollars.

Un prêt « sans intérêt »

Toutefois, cet incitatif n’est pas un cadeau, mais bien un prêt sans intérêt. Tôt ou tard, il faudra le rembourser. Éventuellement, soit à la revente de votre maison ou dans un délai maximal de 25 ans, la SCHL vous demandera de rembourser une somme modulée à l’augmentation ou à la baisse de la valeur de votre propriété.

Ainsi, si vous revendez votre maison au bout de 10 ans, vous aurez accumulé suffisamment d’équité pour rembourser la contribution de la SCHL. Mais si, 25 ans plus tard, vous êtes toujours propriétaire, on vous demandera de rembourser l’intégralité du prêt, ce qui pourrait coûter cher, en fonction de la plus-value annuelle. Si vous avez recours à cette aide gouvernementale, il faudra donc planifier son remboursement éventuel en conséquence.

Conseils

  • À considérer dans votre budget : si vous versez moins de 20 % en mise de fonds, il vous faudra payer une assurance prêt hypothécaire, ainsi que les taxes de vente. Ces taxes sont payables chez le notaire.
  • Dans vos calculs, si vous achetez une maison neuve, n’oubliez pas d’inclure les taxes de vente ( TPS et TVQ ). Toutefois, celles-ci pourraient vous être partiellement remboursées, selon certaines conditions.
  • Avec l’aide apportée par le gouvernement, il peut être tentant de s’endetter pour acquérir une maison plus grande que nécessaire. Toutefois, assurez-vous que votre budget sera en mesure d’absorber une hausse éventuelle des taux d’intérêt.

D’après : Un prêt du fédéral qui pourrait vous coûter plus cher que vous le pensez par Ghislain Larochelle , Journal de Montréal, le 25 juin 2019

Augmentation des primes d’assurances de la SCHL

 

 

 

 

 

La SCHL (Société canadienne d’hypothèque et de logement) a annoncé aujourd’hui une augmentation significative de ses primes d’assurance pour propriétaire-occupant. Par exemple, un acheteur disposant de 10% de mise de fonds devait payer une prime supplémentaire de 2.4%. Dès le 17 mars, cette prime grimpera à 3,1%. L’impact sur les emprunteurs représentera quelques dollars de plus par mois en paiement hypothécaire.

Il s’agit d’une autre augmentation en peu de temps pour la SCHL, les dernières ayant eu lieu en avril 2015 et en mai 2014. La SCHL justifie cette augmentation par de nouvelles exigences de capital du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) depuis le 1er janvier dernier.

Rappelons qu’à moins d’avoir 20% de mise de fonds, un prêt hypothécaire doit nécessairement être assuré. La SCHL est le plus ancien et le plus gros des trois assureurs hypothécaires canadiens. Les deux autres, Genworth et Canada Garanty devraient également arrimer leurs primes sous peu.

Pour plus d’information: https://www.cmhc-schl.gc.ca/fr/inso/sapr/co/2017/2017-01-17-0830.cfm

Augmentation de prime d’assurance à la SCHL

SCHL

 

 

 

 

 

À compte du 1er juin, la Schl augmente sa prime d’assurance prêt hypothécaire pour les acheteurs ayant moins de 10% de mise de fonds. L’augmentation sera de près de 15%.

Concrètement, pour un prêt hypothécaire de 250 000$ assuré, amortissement de 25 ans, la hausse sera de 1 125$ sur la totalité du prêt sur les 7 875$ déjà à payer.

Les changements sont plutôt passés inaperçus tellement les programmes de la Schl ont été modifiés au fil des ans.

Source: http://argent.canoe.ca/nouvelles/canada/la-schl-augmente-certains-taux-dassurance-pret-2042015

Suppression de programmes à la SCHL

SCHL

 

 

 

 

Deux changements significatifs sont survenus au cours des dernières semaines. D’abord, ce dont j’ai parlé dernièrement, l’augmentation de 15% des primes d’assurances prêt hypothécaires pour propriétaires occupants et immeubles locatifs. Les nouvelles primes sont effectives depuis deux semaines.

Ensuite, nous avons été mis au courant de la suppression de deux produits, pas parmi les plus utilisés, rassurez-vous. La SCHL a décidé de retirer ses produits pour résidence secondaire ainsi que travailleur autonome sans confirmation du revenu par un tiers.

Personne ne sera surpris de l’élimination du produit travailleur autonome. Le fait de ne pas avoir de support démontrant une situation est un risque important pour un assureur hypothécaire, et franchement, ce type de programme datait d’avant la crise de 08.

Dommage cependant pour le retrait du programme résidence secondaire. Maintenant, la limite sera d’une seule propriété occupante. Pour s’acheter un chalet par la suite, prévoyez économiser la mise de fonds!

Source: http://www.schl.ca/fr/clfihaclin/asprhy/asprhy_014.cfm

Vers d’autres restrictions pour les acheteurs?

BSIF

 

Le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) propose de faire des modifications pour l’accès à la propriété. Il ne s’agit pas de la première proposition de l’organisme, et toutes n’ont pas été adopté par le passé.

Les changements suggérés ont pour but de protéger davantage les assureurs hypothécaires, dont la SCHL, contre certains acheteurs qu’on jugerait plus à risque tout en faisant davantage de vérifications sur les antécédents de crédit, d’emploi et de couverture de dettes. Parmi ces acheteurs ciblés, ceux avec une mise de fonds non traditionnelles (un don par exemple), les emprunteurs non résidents ou les investisseurs étrangers.

L’idée qui se dégage de la proposition est de moduler les primes d’assurances en fonction du risque pour les assureurs.

Cela mérite réflexion, particulièrement pour les dossiers que les assureurs considèrent comme risqués, à notre avis.

Source: http://www.osfi-bsif.gc.ca/Fra/wn-qn/Pages/b21_20140414.aspx et http://www.journaldequebec.com/2014/04/14/ottawa-veut-serrer-la-vis-aux-acheteurs