Archives du mots-clés: banques

Des menottes déguisées en cadeau de votre courtier immobilier

En apparence, les programmes d’assurance offerts gratuitement par les courtiers immobiliers sont un bel avantage pour les acheteurs de maison. Mais en réalité, le cadeau cache des menottes.

« Aaah ouain ! », comme s’exclame l’hilarant André Sauvé dans la publicité de RE/MAX où l’humoriste vante les mérites de Sécuri-T.

Ce programme d’assurance lancé au début de l’année permet d’assumer les versements hypothécaires pendant 12 mois si le nouveau propriétaire perd son emploi. Via Capitale offre une protection similaire depuis une vingtaine d’années.

Mais pour avoir droit à ces privilèges, les acheteurs doivent contracter une hypothèque auprès d’un démarcheur hypothécaire de la Banque Nationale, de Desjardins ou de la Banque de Montréal.

Pourquoi cette contrainte ? Parce que ces prêteurs retournent une juteuse commission de 0,5 % du montant du prêt au courtier.

Cela fait de coquettes sommes, quand on sait qu’une maison unifamiliale vaut facilement un demi-million de dollars à Montréal. Sur une hypothèque de 400 000 $, le courtier recevra par exemple 2000 $. Juste pour refiler le nom du client au prêteur. Voilà de l’argent vite fait ! Sans compter que le propriétaire du bureau de courtage ainsi que la société mère reçoivent eux aussi leur quote-part.

Bien sûr, le client est libre d’aller voir ailleurs. Mais le courtier lui fait alors signer un formulaire de renonciation qui risque de lui donner des remords. Bref, tout est mis en place pour inciter l’acheteur à faire affaire avec le prêteur qui donne un cadeau au courtier.

Avec ou sans programme d’assurance, ce système de commissions en échange de références existe depuis belle lurette dans le courtage immobilier. Mais il est appelé à disparaître dans le cadre du projet de loi 141 récemment adopté.

L’intention de Québec est de bannir les commissions lorsqu’elles sont conditionnelles à la conclusion d’une hypothèque.

Les commissions pour la simple référence de clients seraient encore permises, mais il y a fort à parier que les prêteurs n’offriraient plus grand-chose aux courtiers qui ne font que remettre leur carte professionnelle à un client, sans obligation de résultat.

De leur côté, les prêteurs hypothécaires espèrent que les courtiers immobiliers obtiendront leur permis de courtage hypothécaire.

Il faut savoir que les institutions financières versent une commission plus élevée aux courtiers hypothécaires ( environ 1 % de la valeur de l’hypothèque ). Mais ceux-ci font un véritable acte de courtage.

Ils analysent le dossier de crédit et les besoins du client, puis ils choisissent l’hypothèque la mieux adaptée parmi les quelque 150 produits sur les rayons. Autrement dit, ils font un vrai magasinage.

C’est bien différent du courtier immobilier, qui se contente d’aiguiller son client vers un prêteur qui le rémunère, sans que le client sache trop ce qui se passe dans les coulisses.

En théorie, les consommateurs doivent être informés des commissions versées par la bande à leur courtier immobilier. Mais en pratique, l’avis de divulgation arrive trop tard.

C’est souvent le démarcheur qui le fait signer à travers le tas de papiers que le client aura à signer quand la transaction sera bouclée.

Il est alors trop tard pour que le client change son fusil d’épaule. Mais de toute façon, le client ne risque pas de tiquer, car le formulaire ne présente même pas le montant de la commission, ni en pourcentage ni en dollars sonnants et trébuchants, comme cela se fait en Colombie-Britannique.

Les clients sursauteraient s’ils apprenaient que leur courtier touche une ristourne qui se chiffre en milliers de dollars et ils se demanderaient ce qui justifie une telle commission.

Cette relation entre le courtier et le représentant hypothécaire pose un problème d’éthique. Même si le client reste libre d’aller voir ailleurs, le système de référence est conçu pour influencer ses choix, pour le guider dans une direction qui rapporte davantage au courtier.

N’en déplaise aux courtiers immobiliers, l’actuel système de commission doit être revu et corrigé pour éliminer les conflits d’intérêts. C’est exactement ce que les États-Unis ont fait après la crise de 2008.

 D’après : Cadeau ou menottes de votre courtier immobilier ? de Stéphanie Grammond, La Presse, 3 juin 2018 ( Dans la série : Dans les coulisses de votre hypothèque. )

Meilleurs vœux en ce temps de réjouissance

noel 2

 

 

 

 

 

Tout en espérant que votre année 2015 ait justement été marquée de réjouissance, l’année qui s’achève l’a plutôt été par de légères hausses des taux fixes tandis que la Banque du Canada a réagi à la récession qui a frappé le pays. En effet, elle l’a fait en abaissant deux fois son taux directeur de 1,00% à 0,50%. Cependant, les banques n’ont pas redonné le 0,50% en entier sur leur taux préférentiel, le baissant plutôt de 0,30% tout en empochant la différence. La hausse importante que certains voyaient en 2015, n’a pas eu lieu dus aux baisses du pétrole et du dollar. Enfin, pour conclure l’année, la Réserve fédéral américaine a amorcé ses hausses dernièrement en décembre. De toute façon, il serait difficile de faire des prévisions pour 2016, mais nous tenons à rappeler à quel point il est important de se prendre d’avance dans un renouvellement hypothécaire ou un achat, afin de contrôler ce qu’il l’est et éviter les remous de ce que nous ne contrôlons pas. Comme les hausses de taux!

Quoi qu’il en soit, on a beau spéculer sur 2016,  il y a plus important en cette période de l’année. Nous vous souhaitons de belles Fêtes remplies de joie, d’amour et de repos.

On se reparle de l’autre côté, en 2016.

Le secret des banques

secret

 

 

 

 

 

 

Je dois commencer par dire que j’ai adoré une récente chronique de Stéphanie Grammond de La Presse qui s’intitule: « Les trucs cachées de l’offre du banquier ». Simplement par son premier paragraphe que je me dois de citer: « Si vous voulez mon avis, les consommateurs ont des outils plus efficaces pour comparer les prix du papier hygiénique à l’épicerie que les taux d’intérêt dont les banques font la promotion! » Tout est là, dans cette innocente petite phrase.

Dans une vie, un consommateur devra se procurer une grande quantité de biens, produits et services, certains très simples, comme une bouteille d’eau à de plus compliqués, telle une hypothèque. Il va de soi que plus le consommateur est informé, meilleurs seront ses choix.

Pour plusieurs raisons, les clients des banques sont très fidèles. Et cela joue le jeu des institutions qui peuvent parfois en profiter pour donner des taux d’intérêt plus élevés sur certains prêts (hypothécaire, prêt personnel, etc.) et des taux plus faibles sur les investissements. Le client moins à l’affût va faire confiance et risque de s’y faire prendre.

Ce n’est pas les intervenants de première ligne qui décide, lire ici les conseillers bancaires en succursale. Ils ne font qu’appliquer les politiques de leur hiérarchie.

Et il est là le secret, c’est que la banque souhaite vous garder comme client, et le moins informé vous êtes, le plus payant vous serez.

 

Source: http://affaires.lapresse.ca/opinions/chroniques/stephanie-grammond/201401/29/01-4733449-les-trucs-caches-de-loffre-du-banquier.php

ING Direct se transforme en Tangerine!

tangerine

 

 

 

 

 

Bon, elle était facile, mais c’est toujours le cas avec certains changements de nom d’entreprise, je pense à PFK au lieu de Poulet Frit Kentucky (on oublie le poulet!) ou à Résolu au lieu de AbitibiBowater (pour une entreprise en difficulté, il est important d’être résolu à réussir!) Notons aussi que la mode est au nom de fruit. Pour Tangerine, mieux vaut être Apple que Blackberry!

Plus sérieusement maintenant, rappelons-nous que ING Direct Canada a été acheté de sa société mère par la Banque Scotia qui l’a intégré à son groupe en conservant son modèle d’opération. À l’époque, j’avais émis mes réserves car il n’est jamais agréable de voir ce genre de consolidation dans un marché déjà mince en concurrent. Déjà, la Banque Scotia avait fermé le canal pour courtiers hypothécaires, empêchant notre clientèle d’accéder aux produits d’ING Direct.

Espérons que la suite ne soit pas trop amer et que Tangerine ne se transforme pas en citron!

 

Source: http://affaires.lapresse.ca/economie/services-financiers/201311/05/01-4707445-la-banque-electronique-ing-direct-deviendra-tangerine.php

Hausse importante des taux. Pourquoi donc?

Hausse de taux
La fin juin a apporté autre chose que l’été cette année. Nous avons été témoins de pas moins de 4 hausses des taux d’intérêt fixes en l’espace de quelques jours seulement. Pour vous donner une idée, le 5 ans fixe qui se négociait à 2,89% sur le marché avant la St-Jean-Baptiste se négocie aujourd’hui à 3,49%. Ce 0,6% de différence représente une hausse de plus de 20%. Et dire que plusieurs pensaient – à tort – que les taux ne bougeraient pas avant des années. Euh, mauvaise gageure!

Si on sait que le taux variable est directement connecté sur le taux directeur de la Banque du Canada – via le taux préférentiel – les taux fixes sont plutôt réglés en tenant compte du marché des obligations. Et ces dernières ont bondies dernièrement. Pour vous dresser un portrait simplifié, il faut commencer par dire que la Réserve fédérale américaine – communément appelé la Fed – a affirmé qu’elle commencera à réduire son programme d’achat d’obligations. Il faut comprendre que ce programme faisait conserver artificiellement bas les taux des valeurs du Trésor, en conséquence, les marchés mondiaux pouvaient emprunter à peu de frais. En réaction à cette annonce, les marchés obligataires et boursiers ont reculé à l’échelle mondiale suite aux ventes massives d’actifs financiers américains. L’augmentation des valeurs américaine a donc fait grimper les taux des obligations du Canada. Comme le dit l’adage, quand les États-Unis éternuent, le Canada attrape la grippe!

À quoi s’attendre pour la suite des choses? Tout indique que la hausse devrait se poursuivre dès l’automne. Il restera à constater jusqu’à quel point l’économie canadienne peut encaisser ces futures hausses. Et ça, personne ne le sait vraiment.

Si vous renouvelez prochainement ou pensez refinancer pour des dettes ou des projets, le bon temps est peut-être maintenant.

Sources :http://www.thestar.com/business/personal_finance/spending_saving/2013/06/21/higher_bond_yields_trigger_hike_in_mortgage_rates.html?goback=%2Egde_4830056_member_252258147 et http://www.td.com/economics/analysis/economics-index.jsp