Blogue

LA différence

Conseiller en succursale vs Courtier hypothécaire

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui encore, combien d’entre vous se précipitent auprès de leur institution financière pour solliciter l’aide d’un «conseiller en finances personnelles» lorsqu’il est question de votre prêt hypothécaire?

Pourtant, un taux jamais vu ou une offre spéciale qui comblerait parfaitement vos besoins pourrait bien exister, mais… ils ne sont pas offerts par VOTRE institution.

Au bout du compte, votre banque ne représente qu’un seul prêteur. Et le conseiller en finances personnelles, lui, travaille pour cette banque, avec sa gamme de produits et son offre. Il travaille à l’atteinte de ses objectifs de ventes et à la croissance de son propre portefeuille.

Pourquoi se limiter à ce petit univers connu, alors qu’il existe au-delà tant de possibilités beaucoup plus avantageuses! Que vous soyez premiers acheteurs, propriétaires d’entreprise, en voie de faire des rénovations ou autres, sachez comment accéder aux solutions qui considèrent vos intérêts personnels.

C’est là qu’un nouveau joueur entre en jeu : le courtier hypothécaire. Cette recrue vise à améliorer la santé financière de ses clients, à intervenir en leur faveur auprès des institutions et à permettre des économies représentant jusqu’à des milliers de dollars.

Considérant qu’un prêt hypothécaire accapare une grande partie des finances de votre ménage, consulter un courtier, c’est être un consommateur futé. C’est aussi accéder à des renseignements supplémentaires et des conseils adaptés, à un pouvoir de volume cumulé et à encore plus d’options de taux presqu’instantanément! Le tout selon un plan axé sur VOS besoins, uniques.

Travaillant pour vous, pas pour la banque, le courtier négocie au nom de l’acheteur et lui évite d’être berné par l’intérêt des institutions. Comme gage d’un service de qualité, la base de la clientèle d’un courtier provient de recommandations. Voilà l’assurance de l’excellence du service et rien de moins. De plus, les services sont gratuits!

 

Source : http://www.lesaffaires.com/blogues/daniel-germain/des-vendeurs-deguises-en-conseillers/588014?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_content=7-06-2016&utm_campaign=finace-perso-arnaque-conseiller-blog-germain

Vous avez aimé notre article? Partagez!

La valeur du contact humain en finance

holdphone

Alors que les nombreuses mises à pied dans les institutions financières se cumulent, je m’interroge sur la pertinence de telles démarches…

D’une part, cette initiative est cohérente avec l’évolution du comportement du consommateur qui révèle un fort penchant pour la mobilité des services ainsi que l’émergence de nouveaux joueurs sur le marché bancaire.

Pourtant, considérant que la connaissance et la maîtrise de ses finances sont nécessaires dans la saine gestion de ses avoirs, il est légitime de se demander s’il s’agit d’une bonne alternative que de migrer vers des solutions financières essentiellement numériques.

Pour les transactions simples, ça va de soi il me semble.

Mais en fait d’hypothèque : Comment trouver LA meilleure issue dans une offre standardisée ?

Après tout, chaque individu est unique.

À qui revient donc la responsabilité d’informer, de conseiller et d’éclairer le public 😉

Source: http://www.journaldequebec.com/2016/06/01/des-banques-nerveuses

 

Vous avez aimé notre article? Partagez!

Le privilège du membre Desjardins hors Québec

icon

Source: ZagBank

La filiale du Mouvement Desjardins au Canada anglais, la Zag Bank, promet une épargne facile et avantageuse avec un séduisant 2,5% d’intérêt sur les économies placées dans un compte d’épargne à intérêts élevés… Tout en s’abstenant d’offrir ces mêmes produits et services aux résidents du Québec.

Bien que cette initiative suive un horizon de courte durée, la promotion réservée à nos voisins ontariens, fait envie auprès des fidèles membres de la Caisse au Québec, qui se contentent d’un maigre 0,75% d’intérêt.

Considérant que cette stratégie vise à positionner l’institution financière sur le marché concurrentie

Vous avez aimé notre article? Partagez!

La négociation…

négociation

 

 

 

 

Pour plusieurs, négocier est pénible et désagréable. Et il faut tout faire pour éviter de se mettre dans ces situations où il faut gagner à tout prix en tirant la couverte de son bord. Vous reconnaissez-vous?

Pour être à son mieux dans une négociation, il faut surtout être armé d’informations pertinentes. Et c’est là que ça peut devenir lourd car on ne peut pas être à l’aise dans tous les domaines. Pour certains, la mécanique est un charabia, pour d’autres, c’est le monde de la finance.

Et c’est là que ça devient payant pour une banque. Plusieurs font confiance à leur institution financière en croyant qu’ils sont là pour eux, encore plus si ça fait des années qu’ils sont clients là-bas. Et c’est tout faux!

Un courtier hypothécaire négocie pour ses clients. Et c’est parce qu’il n’est pas un employé d’une institution financière qu’il est en mesure de conseiller objectivement ses clients en fonction de leurs besoins.

Négocier, on aime ça!

Source: http://www.lapresse.ca/maison/immobilier/201605/18/01-4982795-hypotheques-si-negocier-vous-donne-de-lurticaire.php

 

Vous avez aimé notre article? Partagez!

Se dépêcher ou pas à rembourser son prêt hypothécaire?

jailemeilleurtaux.com

 

 

 

 

 

Alors là, il s’agit d’une des questions les plus importantes à se poser quand on est propriétaire. Vaut-il mieux se dépêcher à rembourser son hypothèque pour économiser de l’intérêt ou est-il préférable d’investir cet extra dans sa retraite?

Il y a tellement de facteurs à considérer dans cette question et c’est véritablement en se connaissant que nous pouvons avoir un début de réponse. Dans tous les cas, un bon conseiller en sécurité financière peut vous aider à démarrer une réflexion sur la retraite et commencer un plan.

À partir de là, on le suit!

Source: http://www.journaldemontreal.com/2016/05/01/devriez-vous-vous-presser-pour-payer-votre-hypotheque

Vous avez aimé notre article? Partagez!