Archives de la catégorie: Trucs et conseils

Une planification financière déficiente chez les moins de 35 ans

cochon brisé

 

 

 

 

Un sondage réalisé par SOM auprès de répondants âgés entre 25 et 64 ans, en collaboration avec la Régie des rentes du Québec a été rapporté par le Journal de Montréal dernièrement.

Certaines données sont très révélatrices. Par exemple, 85% des 25 à 34 ans n’ont aucun plan de retraite. C’est dire à quel point la retraite peut sembler loin, si loin que beaucoup néglige de le faire, ne veule simplement pas y penser tout de suite ou juge ne pas avoir assez d’argent pour commencer.

Et il est là le point essentiel. Commencer. Trouver le bon professionnel de confiance qui pourra démarrer un processus.

Au final, la fourmi finit toujours mieux que la cigale!

Source: http://www.journaldemontreal.com/2014/10/15/une-planification-financiere-precaire-chez-les-moins-de-35-ans

Renouvellement à l’aveuglette

fermer les yeux

 

 

 

 

 

 

Un des pires fléaux que nous voyons est le fait que trop d’emprunteurs ne magasinaient pas à leur renouvellement hypothécaire.

Il y a quelques années, la SCHL avait indiqué que près de 85% des emprunteurs renouvelaient leur hypothèque dans la même institution financière. Des chiffres encore plus sombres, publiés dans le Journal de Montréal récemment, indiquent que 44%  des propriétaires canadiens acceptent l’offre du prêteur sans trop de négociation ou de comparaison.

C’est véritablement affreux! Il s’agit habituellement du plus gros poste de dépense d’un foyer et beaucoup beaucoup trop de propriétaires acceptent l’offre de leur banque rapidement. Pour un courtier hypothécaire, c’est un cauchemar! Notre but étant de faire économiser un maximum d’argent à nos clients, ce comportement est véritablement à l’opposé de nos recommandations.

Oui ce n’est pas passionnant de magasiner son hypothèque, oui vous manquez de temps (comme tout le monde!) et vous ne tenez pas à chambouler l’ensemble de vos opérations bancaires. J’entend cela à tous les jours. Et oui, il y a peu de prêteurs au Canada, donc moins de concurrence et donc l’habitude de magasiner est moins ancrée chez les propriétaires.

Une heure. C’est tout ce que je demande. En une heure, nous avons le temps de faire une analyse de la situation de nos clients, de comprendre leurs besoins et de voir ce qu’il y a de disponible sur le marché. En 2014, nous avons fait économiser 18 000$ en 5 ans à un client en comparaison avec ce que sa banque lui offrait. Seulement sur le taux d’intérêt!

C’est une heure payante ça!

Source: http://www.journaldemontreal.com/2014/08/28/la-majorite-des-prets-renouveles-a-laveugle#.VAFT8ks6ORQ.facebook

Les fameuses assurances vie hypothécaire

parapluie

 

 

 

 

 

 

Si vous pensiez que magasiner son hypothèque pouvait être: plate, difficile, long, etc. Rassurez-vous, magasiner des assurances l’est tout autant!

Ok, nous ne travaillons pas nécessairement dans le domaine le plus palpitant. Il est bien plus amusant de magasiner une voiture ou des meubles, mais c’est aussi plus facile, plus palpable, plus réel pour tout dire. J’ai déjà écrit sur le fait qu’il est difficile de comparer les produits bancaires et cela est aussi vrai dans le domaine des assurances.

Est-il obligatoire de prendre une assurance vie hypothécaire? Certains emprunteurs se le sont fait dire. Une banque peut exiger que l’emprunteur prenne une assurance, mais ne peut exiger qu’il le prenne dans cette même banque! Nuance importante car les prêteurs habituellement n’offrent pas des produits très compétitifs. Ces produits d’assurances ne sont ni transférables, la couverture diminue avec le prêt mais pas les paiements et le bénéficiaire est l’institution financière, pas la personne de votre choix. C’est davantage une protection pour la banque que pour l’emprunteur. Pourquoi votre institution les propose-t-il alors? Parce que les marges bénéficiaires sont importantes et qu’ils profitent de la présence des emprunteurs en succursale pour pousser la vente de leurs produits, tout comme de leurs cartes de crédit (et ils vendent des assurances pour ces cartes aussi!)

L’essentiel est de faire faire une analyse de vos besoins en fonction de votre situation. Un bon conseiller en sécurité financière pourra regarder votre état et vos offrir des solutions tout en magasinant sur le marché.

Dernièrement, nous avons vu qu’un de nos clients avait payé 205$ par mois de plus que ce qui était disponible sur le marché… depuis 10 ans. Ce client avait payé 24 600$ et des poussières en trop à sa banque parce qu’il n’avait pas magasiné! C’est énormément d’argent. Êtes-vous dans la même situation? Payez-vous trop cher d’assurance?

Une marge bien pleine

gros ventre

 

 

 

 

 

Il y a une situation que nous voyons très souvent ces temps-ci et qui est due à la popularité des marge de crédit hypothécaires, elles sont pleines.

Bien utilisée, une marge de crédit hypothécaire est un outil très intéressant. On peut faire des travaux, investir ou seulement s’en servir comme coussin financier en cas de pépin, par exemple. Cependant, il faut toujours garder à l’esprit qu’une marge se doit d’être temporaire, autrement dit, qu’on doit avoir un plan de sortie pour la rembourser, et ce, plus rapidement qu’une hypothèque.

Le problème qu’on voit, c’est que beaucoup de gens utilisent leur marge, et ne font plus que les paiements minimums, ou un peu mieux, par la suite. Si vous saviez combien de fois j’ai vu des relevés de marges au même niveau 5 ans plus tard, les clients ayant que payé les intérêts. Intérêt qui sont plus chers que sur un hypothèque aussi…

Dès qu’on arrive à un certain montant sur la marge, il faut regarder pour fixer le montant en hypothèque, de manière à rembourser plus rapidement le capital et à payer l’intérêt. Vous pourriez économiser des milliers de dollars!

2014: Des prévisions, mais surtout des souhaits

souhaits

 

 

 

 

 

Le mois de janvier est bien débuté et les excès de nourriture du temps des Fêtes sont maintenant digérés. J’espère que plusieurs au Québec n’auront pas trop de mal à digérer leurs comptes de cartes de crédit! Et oui, pour plusieurs, Noël se règle sur la carte plastique à taux d’intérêt élevé.

L’année 2014 ne s’annonce pas terrible, côté économie. Les perspectives immobilières nous indiquent une stagnation au niveau des prix dans plusieurs marchés au Québec tout comme des ventes similaires à 2013, qui ne fut pas la meilleure année à ce chapitre. Beaucoup d’information ont circulé dans les médias au cours de la dernière année au sujet de l’endettement des ménages et le choix que le gouvernement fédéral a fait pour y remédier fut de changer les règles de financement.  Ajoutons à cela que les grandes banques canadiennes ont donné mandat aux firmes d’évaluation de sortir des valeurs plus conservatrices. Ce cocktail a eu de lourdes conséquences et beaucoup en furent touché : des jeunes voulant acheter leur première propriété, des couples se séparant et ne pouvant garder la maison, des gens acculés par les dettes et ne pouvant utiliser l’équité de leur propriété pour s’aider, etc. La liste est longue, et souvent les drames, bien vivants.

Que se souhaiter pour une santé financière?

J’ai écrit souvent que je blâmais davantage les dettes à la consommation avant l’immobilier pour cause d’endettement. Et je n’en démords pas. En conséquence, voici ce que je souhaite en 2014. J’espère que les gens s’endetteront moins pour des biens de consommation, j’espère que le taux d’endettement de chacun ne montera pas à plus de 30% de ses revenus et surtout, j’espère que l’épargne redeviendra une habitude et que les gens prioriseront le remboursement de leur dettes.

Ma liste est longue, ça je le sais. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions sur ces sujets, il nous fera plaisir de vous porter conseil.

Je vous souhaite une bonne année 2014. Qu’elle soit généreuse avec vous, comme vous pouvez l’être avec vous-même. En remboursant vos dettes et en épargnant, bien sûr.