À propos: Simon Lupien

Je suis courtier hypothécaire depuis 2008, un peu par la force des choses. En 2004, je débutais comme investisseur immobilier et mes démarches pour obtenir du financement ont été une vraie catastrophe. Pour résumé, nulle part je ne me suis senti conseillé. Pour obtenir de l’aide, je suis allé rencontrer un courtier. Tout s’est déroulé à merveille. C’est là que j’ai compris ce que le courtage pouvait amener : des conseils objectifs et la recherche des meilleurs taux et conditions en fonction du profil des clients et du marché. J’ai aussi compris qu’il n’était ni souhaitable ni nécessaire de toujours faire affaire avec la même institution financière et surtout que la fidélité ne comportait aucun avantage financier car ce sont les nouveaux clients qui reçoivent les meilleures offres, comme avec les téléphones cellulaires! J’ai beaucoup appris de ce courtier, beaucoup plus que de tous les conseillers bancaires que j’avais rencontrés dans le passé et j’ai surtout économisé de l’argent sur mon hypothèque. Aujourd’hui, je souhaite être ce courtier pour vous.

Billets récent par Simon Lupien

2014: Des prévisions, mais surtout des souhaits

souhaits

 

 

 

 

 

Le mois de janvier est bien débuté et les excès de nourriture du temps des Fêtes sont maintenant digérés. J’espère que plusieurs au Québec n’auront pas trop de mal à digérer leurs comptes de cartes de crédit! Et oui, pour plusieurs, Noël se règle sur la carte plastique à taux d’intérêt élevé.

L’année 2014 ne s’annonce pas terrible, côté économie. Les perspectives immobilières nous indiquent une stagnation au niveau des prix dans plusieurs marchés au Québec tout comme des ventes similaires à 2013, qui ne fut pas la meilleure année à ce chapitre. Beaucoup d’information ont circulé dans les médias au cours de la dernière année au sujet de l’endettement des ménages et le choix que le gouvernement fédéral a fait pour y remédier fut de changer les règles de financement.  Ajoutons à cela que les grandes banques canadiennes ont donné mandat aux firmes d’évaluation de sortir des valeurs plus conservatrices. Ce cocktail a eu de lourdes conséquences et beaucoup en furent touché : des jeunes voulant acheter leur première propriété, des couples se séparant et ne pouvant garder la maison, des gens acculés par les dettes et ne pouvant utiliser l’équité de leur propriété pour s’aider, etc. La liste est longue, et souvent les drames, bien vivants.

Que se souhaiter pour une santé financière?

J’ai écrit souvent que je blâmais davantage les dettes à la consommation avant l’immobilier pour cause d’endettement. Et je n’en démords pas. En conséquence, voici ce que je souhaite en 2014. J’espère que les gens s’endetteront moins pour des biens de consommation, j’espère que le taux d’endettement de chacun ne montera pas à plus de 30% de ses revenus et surtout, j’espère que l’épargne redeviendra une habitude et que les gens prioriseront le remboursement de leur dettes.

Ma liste est longue, ça je le sais. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions sur ces sujets, il nous fera plaisir de vous porter conseil.

Je vous souhaite une bonne année 2014. Qu’elle soit généreuse avec vous, comme vous pouvez l’être avec vous-même. En remboursant vos dettes et en épargnant, bien sûr.

En ce temps de guignolée…

guignolée

 

 

 

 

 

Le mois de décembre est arrivé et le Temps des Fêtes frappe à notre porte. Déjà. Au Québec, nous sommes habitués à donner aux plus défavorisés de notre société afin qu’ils puissent aussi passer de belles Fêtes. Ce sont nos plus belles valeurs qui sortent dans ces dons.

En même temps que la guignolée se mettait en branle, un texte est sorti sur les profits des grandes banques canadiennes en 2013. Et j’y voyais beaucoup de liens. Le Québécois moyen est aussi habitué à donner, tout au long de l’année, à des banques, en payant trop cher son hypothèque, en n’ayant pas la bonne stratégie de remboursement de dettes ou bien en payant des frais supplémentaires qu’il ne devrait pas payer. Et c’est peut-être là, le plus laid de nos valeurs, de ne pas s’occuper de nos finances personnelles de manière adéquate.

Les 5 grandes banques canadiennes (RBC, TD, BMO, CIBC et Scotia) feront, à elles seules, des profits « sans précédent » de près de 30 milliards de dollars en 2013! Tout ça, dans un contexte économique difficile et tout en procédant à des mises à pied durant le quatrième trimestre.

En ce Temps des Fêtes, s’il-vous-plaît, pensez à nos grandes banques qui n’ont fait que 30 milliards de profit. Pensez à vous et à vos proches (et à vos poches!)

Source: http://affaires.lapresse.ca/resultats-financiers/201312/06/01-4718501-des-profits-sans-precedent-pour-les-banques-canadiennes-en-2013.php

Un appel à la prudence

Nicolas Marceau

 

 

 

 

 

Le ministre des Finances Nicolas Marceau invite le gouvernement fédéral à la prudence quant au resserrement des règles hypothécaires. On se souvient que son homologue fédéral, Jim Flaherty, avait laissé entendre qu’il pourrait être tenté de calmer le marché avec une autre modification à ces fameuses règles. Rappelons que les règles ont été changées 4 fois au cours des dernières années, rabaissant entre autre les années d’amortissement et diminuant les ratios d’endettement pour les refinancements.

Le Canada est un vaste pays avec des marchés très différents et il est loin d’être évident qu’une politique pan-canadienne soit adéquate. Montréal n’est certainement pas Toronto et Vancouver, leurs réalités économiques sont totalement différentes, tout comme leurs marchés de l’habitations respectifs.

Une autre mesure pour freiner le marché pourrait, au contraire, le faire reculer au Québec. Il faut être très prudent présentement.

Via: http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2013/11/20131118-151728.html

Un autre resserrement dans le futur?

 

Jim Flaherty

 

 

 

 

 

Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, a mentionné lors de sa mise à jour économique mardi dernier qu’il serait prêt, à nouveau, à resserrer les règles sur les prêts hypothécaires.

Il faut dire que les derniers changements, en 2012, ont considérablement ralenti le marché, mais que les derniers mois ont vu une hausse des ventes et aussi, une hausse de prix.  Le ministre a laissé la porte ouverte à ces changements pour s’assurer qu’il n’y a pas de bulle immobilière.

Via: http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201311/13/01-4710051-flaherty-pret-a-resserrer-de-nouveau-les-regles-hypothecaires.php

ING Direct se transforme en Tangerine!

tangerine

 

 

 

 

 

Bon, elle était facile, mais c’est toujours le cas avec certains changements de nom d’entreprise, je pense à PFK au lieu de Poulet Frit Kentucky (on oublie le poulet!) ou à Résolu au lieu de AbitibiBowater (pour une entreprise en difficulté, il est important d’être résolu à réussir!) Notons aussi que la mode est au nom de fruit. Pour Tangerine, mieux vaut être Apple que Blackberry!

Plus sérieusement maintenant, rappelons-nous que ING Direct Canada a été acheté de sa société mère par la Banque Scotia qui l’a intégré à son groupe en conservant son modèle d’opération. À l’époque, j’avais émis mes réserves car il n’est jamais agréable de voir ce genre de consolidation dans un marché déjà mince en concurrent. Déjà, la Banque Scotia avait fermé le canal pour courtiers hypothécaires, empêchant notre clientèle d’accéder aux produits d’ING Direct.

Espérons que la suite ne soit pas trop amer et que Tangerine ne se transforme pas en citron!

 

Source: http://affaires.lapresse.ca/economie/services-financiers/201311/05/01-4707445-la-banque-electronique-ing-direct-deviendra-tangerine.php

Commentaires récents par Simon Lupien

    Aucun commentaire par Simon Lupien encore.