Archives mensuelle: août 2016

Insignifiante une hausse des taux de 1% ? Vraiment ?

L’environnement économique actuel propose encore des taux forts avantageux variant entre 2,5% et 3%, du jamais vu depuis longtemps. Et c’est aux consommateurs que ces années record profitent largement.

…Mais un jour, le vent va tourner.
Qu’adviendra-t-il suivant une hausse inévitable, dans 1, 2, 5 ans : quel accueil au cœur des ménages canadiens ?

Négocier sa propriété sous l’évaluation… ?

BulleImmo

Aussi imprévisible soit-il, le marché immobilier est marqué aujourd’hui par un phénomène qui prend de l’ampleur dans la province et ailleurs au Canada. Ainsi, malgré le fait d’une bulle immobilière, il arrive que plusieurs propriétés unifamiliales et une majorité de condos se vendent maintenant sous l’évaluation municipale. Que s’est-il passé? Votre propriété a-t-elle réellement « perdu » de la valeur!?

Perte d’emploi ne rime pas avec Adieu maison

perdre son emploi pas sa maison

Un mardi. Comme ça. Michèle revient du bureau plus tôt que prévu.
« Chéri, j’ai perdu mon job… »

C’est certain, cette nouvelle ébranlerait tout ménage, entraînant son lot de stress.
Fois mille si vous êtes en rénovation… Si vous avez des enfants à charge…
Si le terme de votre prêt hypothécaire arrive à échéance sous peu…

Pas de panique !
Le renouvellement d’un prêt hypothécaire s’enregistre automatiquement suivant les mêmes conditions. Seul le taux est mis à jour. Nul besoin donc de présenter une nouvelle demande, de procéder à une nouvelle évaluation ou de présenter une preuve de revenus tels qu’exigés à la conclusion du prêt initial.

La principale difficulté survient lorsque les emprunteurs désirent modifier les conditions du prêt, soit pour changer d’institution financière (et accéder à un meilleur taux), soit pour demander un refinancement (et ainsi augmenter le montant du capital emprunté).

Quand la situation perdure et que l’argent vient à manquer…
Tant d’événements imprévus (accident, maladie, travaux majeurs, etc.) risquent de plonger rapidement un ménage dans des problèmes financiers. Pour répondre à un scénario extrême, la provision d’un fonds d’urgence reste la meilleure protection. Considérant que plusieurs ménages vivent d’une paie à l’autre et que la période de chômage moyenne peut s’étendre jusqu’à 6 mois, le défaut de paiement suivant une perte d’emploi arrive inévitablement à court ou moyen terme.

Pour pallier cette situation, le recours à une autre source de financement TEMPORAIRE peut être envisageable pour répondre à des obligations pressantes. Gare au surendettement par contre !

Si, inévitablement, 4,5,6 mois suivent sans versement sur l’hypothèque, des complications peuvent émerger et conduire l’institution prêteuse actuelle à refuser tout renouvellement, voire entamer un processus de reprise de finance…

La clé, c’est (encore) la planification !
Voici les premières actions à envisager advenant une perte d’emploi :

  • Évaluez vos priorités et coupez le superflu ;
  • Révisez le budget de votre ménage ;
  • Soyez rigoureux et disciplinés ;
  • Soyez créatifs !

S’il est possible de prévoir des coupures de poste, prenez les devants.
Préparez votre renouvellement ou refinancement à l’avance.

Discutez-en avec un courtier de l’Équipe 😉

 

Chronique d’opinion : Parce que j’aurai bientôt 30 ans

30 ans

 

 

 

 

 

 

 

 

Aille! J’aurai bientôt trente ans… Encore 35 avant la retraite.

En pleine réflexion sur cette période de ma vie…
J’en déduis que je suis choyé.
Choyé de travailler dans la finance personnelle (pour faire un lien!), de le comprendre. Vraiment.
Choyé d’être passionné. Choyé de pouvoir aider les gens. Vraiment.

Suivant une économie incertaine, où la classe moyenne s’amenuise au profit de la bourgeoisie occupant le sommet de la pyramide de distribution des revenus et où la force vive sur le marché du travail, la relève, amorce sa décroissance, j’en retire 2 constats :

  1. Qui contribuera à mon avenir, ma retraite à moi… à part moi ?
  2. Quel avenir attend mes ainés ou mes parents, maintenant ou plus tard,
    si je ne suffis pas, en tant que relève, à payer leur retraite ?

Cette pensée, quoique pessimiste, m’intrigue.

Vivre le moment présent : OUI! Mais attention…
On dit que la génération Y sera moins riche que ses parents…

Dans une société capitaliste, prônant la consommation à outrance, quelle place pour la planification stratégique et la rigueur ?

Pourtant, c’est là LA solution, on ne le dira jamais assez. Pour vivre ses rêves, et non seulement vivre pour travailler, il faut penser à long terme et avoir une vision élargie. Maintenant. S’assurer d’une bonne santé financière.

Aux parents : Quelle approche adoptez-vous avec vos enfants, vos adolescents en fait d’épargne ?
Aux autres de mon âge ou à peu près :
Comment entreprenez-vous votre avenir côté finance ? Quels sont vos grands projets?
Aux plus vieux : Quel succès attribuez-vous à votre plan ?

En terminant, un exercice…juste pour le plaisir

  1. Tracez une ligne du temps illustrant les dix prochaines années.
  2. Inscrivez-y votre âge, celui de votre conjoint et de vos enfants le cas échéant.
  3. Inscrivez vos projets
    Quelques idées : songez à vos objectifs d’épargnes, de voyage, d’études (pour les enfants aussi), de formation, sportifs, professionnels, d’accès à la propriété, de déménagement, de famille, d’affaires, etc.

Le temps passe vite n’est-ce pas ?
Allez, je me remets à mes calculs 😉