Blogue

Quelle mise de fonds pour l’achat d’un immeuble à revenu ?

Pour l’investisseur immobilier, le pourcentage de la mise de fonds à l’achat d’un immeuble aura une incidence majeure sur la suite des choses.

Supposons que vous êtes investisseur immobilier et que vous êtes en quête d’un nouvel immeuble à acquérir. Vous avez deux désirs : d’une part, vous désirez trouver l’immeuble le plus rentable possible. De l’autre, vous souhaitez investir le moins d’argent possible pour en faire l’acquisition.

Autrement dit, vous voulez verser la plus petite mise de fonds possible, puisque de cette façon vous maximiserez votre capacité à devenir propriétaire d’immeubles additionnels, au moment opportun.

Ce qu’il faut savoir, c’est que le montant minimum requis pour la mise de fonds varie selon le type d’immeuble et selon la situation de son propriétaire. Voyons les deux cas de figure possibles, soit ceux de l’investisseur occupant et de l’investisseur non occupant.

L’investisseur occupant

L’investisseur occupant achète un immeuble locatif pour s’y loger. Pour les immeubles de trois et quatre logements, il est possible de devenir propriétaire occupant moyennant une mise de fonds représentant aussi peu que 10 % de la valeur d’acquisition. Le même acheteur qui choisirait de ne pas occuper son immeuble de trois ou quatre logements devrait verser une mise de fonds de 15 %, avec une assurance prêt hypothécaire SCHL, ou de 20 % en financement régulier.

Dans une perspective d’enrichissement, il est tout à fait logique de verser la plus petite mise de fonds possible, soit 10 %. Vous pourriez ainsi conserver un maximum de fonds pour acquérir, plus tard, un autre immeuble, puis un autre et ainsi de suite. Il ne faut pas oublier qu’en immobilier locatif, les loyers contribuent à payer l’hypothèque !

L’investisseur non occupant

L’investisseur non occupant achète un immeuble comme il achèterait des actions à la bourse. L’objectif est avant tout d’accroître son capital.

Pour les immeubles de cinq logements et plus, la mise de fonds exigée est de 25 %, peu importe que le propriétaire habite ou non l’immeuble. Mais cette mise de fonds peut être influencée par la nature de l’édifice. Par exemple, dans le cas d’une maison de chambres ou d’un terrain, les institutions bancaires peuvent demander jusqu’à 50 % du prix d’achat.

Quant aux immeubles commerciaux, les exigences ne sont pas aussi bien définies. Les institutions financières évalueront d’une part la situation financière de l’emprunteur et de l’autre la viabilité financière de son projet d’investissement. C’est bien sage de leur part, puisqu’il s’agit là des deux principaux facteurs sur lesquels il faut se pencher avant d’investir.

Quelques conseils

  • Plus votre mise de fonds est importante, plus vous économisez en frais d’intérêt. À l’inverse, moins votre mise de fonds est élevée, plus vous maximisez votre potentiel d’achat. L’astuce est de trouver votre juste milieu.
  • Acheter un immeuble locatif revient à acheter une entreprise. La gestion doit donc se faire en conséquence.
  • Pour connaître le succès en investissement immobilier, il faut avant toute chose faire de bons calculs de rentabilité.
  • Outre la banque, plusieurs méthodes de financement alternatif existent : partenariat, balance de vente, prêteur privé…
D’après : Quelle mise de fonds pour s’enrichir en immobilier ? de Ghislain Larochelle, Le Journal de Montréal, 22 juillet 2018
Vous avez aimé notre article? Partagez!

Location avec option d’achat : une bonne idée ?

Avec le resserrement des règles hypothécaires et une hausse des taux d’intérêt à l’horizon, la location avec option d’achat risque de prendre de l’ampleur.

Bien que cela puisse représenter une façon d’accéder à la propriété, il est important de savoir dans quoi l’on s’embarque.

Qu’est-ce que la location avec option d’achat ?

Un contrat de location avec option d’achat est une entente selon laquelle un propriétaire-vendeur offre la possibilité à un locataire-acquéreur d’acheter la propriété qu’il loue à une date ultérieure pour un prix prédéterminé. Dans la majorité des cas, la période de location nécessaire pour que le locataire puisse exercer son option d’achat est d’une durée de 1 à 3 ans.

Les ententes diffèrent l’une de l’autre, mais souvent, le locataire devra agir en propriétaire. L’entretien et les réparations seront donc sous sa responsabilité.

Le locataire-acquéreur effectuera un dépôt au propriétaire couvrant une partie de la mise de fonds qui servira lors du transfert de propriété. Cette somme sera perdue si la transaction ne se réalise pas.

Le loyer sera majoré afin de couvrir des frais comme les taxes scolaires et municipales, les assurances de responsabilité du propriétaire ainsi que son profit. Une somme additionnelle pourrait être ajoutée pour aller vers la mise de fonds.

Les locataires-acquéreurs sont généralement dans une des situations suivantes :

  • Une personne ne pouvant se qualifier pour un emprunt hypothécaire en raison de sa situation financière. Cela peut inclure un individu nouvellement travailleur autonome, un nouvel arrivant ou toute personne dont le dossier de crédit ne répond pas aux exigences.
  • Une personne qui n’a pas accumulé l’entièreté de la mise de fonds nécessaire.
  • Un dernier recours pour le propriétaire traversant une période d’instabilité financière l’empêchant de renouveler son prêt ou de remplir ses obligations hypothécaires. En vendant sa propriété avec option de rachat, il pourra ainsi la conserver le temps de stabiliser sa situation.
  • Il arrive également qu’une personne choisisse la location avec option d’achat afin de déterminer si la propriété en vaut le coup et pour se protéger d’éventuels vices cachés.

On distingue principalement trois types de propriétaires-vendeurs :

  • Un promoteur immobilier loue des condos ou des maisons neuves avec option d’achat. Ce modèle d’affaires permet au promoteur de ne pas se retrouver avec des unités vides.
  • Un investisseur agit en intermédiaire en achetant une propriété pour la louer avec option d’achat. La plupart du temps, c’est avec eux que les propriétaires en difficulté vont faire affaire.
  • Un particulier dont la maison est sur le marché, mais ne trouve pas preneur ou qui pour une raison quelconque veut repousser la vente à plus tard tout en recevant des revenus de loyer du futur acquéreur.

Quelques mises en garde

Certaines ententes prévoient que le loyer soit majoré d’une somme supplémentaire qui ira vers l’accumulation de la mise de fonds. Si le locataire n’exerce pas son option d’achat, cette somme sera perdue.

Pour le propriétaire en difficulté, il est impératif d’évaluer toutes ses options de refinancement. Avant d’appeler une agence spécialisée en location avec option d’achat, il est préférable de consulter un courtier hypothécaire.

Une recherche rapide sur le web permet de trouver plusieurs investisseurs et agences offrant ce service. Il est hautement recommandé d’obtenir des références et l’avis d’un professionnel indépendant avant de signer l’entente.

Rappelons aussi que les règles hypothécaires ont pour objectif d’éviter que des acheteurs se placent dans des situations trop à risque.

Conséquemment, si vous ne pouvez pas vous qualifier pour un emprunt ou si vous n’avez pas accumulé une mise de fonds suffisante, peut-être vaudrait-il mieux patienter et mettre en pratique des habitudes budgétaires qui vous donneront éventuellement les moyens d’acheter.

Cela dit, puisque les critères varient d’un prêteur à l’autre, le fait de ne pas vous qualifier auprès d’une institution ne signifie pas qu’on ne pourrait pas accepter votre demande ailleurs. La meilleure façon d’évaluer toutes vos options demeure de contacter un courtier hypothécaire qui pourra magasiner pour vous et trouver le financement qui vous convient.

D’après : Louer pour acheter : une option viable pour devenir proprio ? de Mickael Deshais, Journal de Montréal, le 12 mars 2018.
Vous avez aimé notre article? Partagez!

Comment financer vos rénos?

Quand vient le temps de rénover une propriété, il n’est pas donné à tous d’avoir à disposition les fonds nécessaires pour entreprendre les travaux. 

Si vous désirez acheter une maison qui exige une remise à neuf ou si votre résidence actuelle a grand besoin d’être rafraîchie, plusieurs solutions de financement s’offrent à vous.

Voici lesquelles prioriser en fonction de votre situation.

  1. Carte de crédit

Si vous prévoyez des travaux d’envergure, oubliez la carte de crédit. Avec son taux d’intérêt élevé, on ne la privilégie que pour l’achat de matériaux. Elle peut aussi servir aux petites urgences, comme une réparation de plomberie, que vous serez en mesure de rembourser rapidement.

  1. Prêt personnel

Un prêt personnel peut s’avérer pratique pour les travaux de moindre envergure, comme une rénovation de salle de bain, puisqu’il offre un taux d’intérêt généralement plus avantageux que la carte de crédit. Le remboursement sur une période prédéterminée et relativement courte permet aussi d’éviter de tomber dans une spirale d’endettement.

  1. Marge de crédit

Une marge de crédit est une option intéressante en raison de son taux d’intérêt moins élevé que la carte de crédit et le prêt personnel. Son mode de remboursement flexible permet d’y aller selon l’échéancier qui vous convient le mieux, mais cela requiert une bonne dose de discipline. En ne payant que les frais d’intérêts chaque mois, vous pourriez traîner cette dette plus longtemps que prévu.

  1. Financement hypothécaire à l’achat d’une nouvelle propriété

Si vous planifiez des rénovations pour une maison que vous vous apprêtez à acheter, vous pourriez en ajouter le coût total estimatif au montant de l’emprunt hypothécaire. Ainsi, le financement des travaux bénéficiera du taux d’intérêt relativement bas et des modalités de paiement de l’hypothèque.

Cela exigera toutefois que votre offre d’achat soit déjà acceptée par le vendeur. En travaillant avec un courtier hypothécaire, celui-ci présentera votre dossier d’achat et de rénovation (devis, liste de dépenses) d’un seul coup.

Ensuite, le prêteur pourra vous donner accès au montant total ou vous l’accorder en plusieurs versements en fonction de l’avancement des travaux selon le devis.

Notez que l’ajout des frais liés aux rénovations pourrait avoir un impact sur votre mise de fonds. Rappelons aussi qu’un prêt dont la mise de fonds est inférieure à 20 % devra être assuré par la SCHL (Société canadienne d’hypothèques et de logement) et que la mise de fonds minimale est de 5 %.

  1. Rénover en effectuant un refinancement hypothécaire sur votre propriété 

L’option s’offre à vous d’utiliser la valeur nette de votre maison en demandant un prêt de refinancement hypothécaire. Il vous est possible d’emprunter jusqu’à 80 % de la valeur de votre demeure, incluant le solde impayé de votre prêt actuel. Discutez de cette possibilité avec un courtier hypothécaire qui saura vous aiguiller dans l’obtention des meilleures conditions possible.

Prenez toutefois le temps d’évaluer vos besoins en matière de rénovation, toujours dans l’optique de protéger votre investissement et d’y ajouter de la valeur.

  1. La marge de crédit hypothécaire

Pour plus de flexibilité comparativement au refinancement, la marge de crédit hypothécaire peut s’avérer avantageuse. Vous pouvez effectuer des remboursements en capital à votre rythme. Son taux est aussi plus bas qu’une marge régulière.

Elle présente toutefois un danger similaire à la marge de crédit personnelle en matière d’autodiscipline. Puisque vous pouvez retirer des fonds à votre gré, il est important de garder un contrôle sur vos dépenses et de ne pas la laisser devenir un facteur de surendettement.

  1. Programmes et subventions

Enfin, certains programmes gouvernementaux offrent des subventions pour éponger une partie des coûts de vos travaux. Cela peut vous être avantageux, notamment s’il est question de rénovations pour améliorer l’efficacité énergétique de votre résidence.

D’après : 7 façons de financer vos rénovations de Mickael Deshaies, Journal de Montréal, le 31 janvier 2018
Vous avez aimé notre article? Partagez!

Des menottes déguisées en cadeau de votre courtier immobilier

En apparence, les programmes d’assurance offerts gratuitement par les courtiers immobiliers sont un bel avantage pour les acheteurs de maison. Mais en réalité, le cadeau cache des menottes.

« Aaah ouain ! », comme s’exclame l’hilarant André Sauvé dans la publicité de RE/MAX où l’humoriste vante les mérites de Sécuri-T.

Ce programme d’assurance lancé au début de l’année permet d’assumer les versements hypothécaires pendant 12 mois si le nouveau propriétaire perd son emploi. Via Capitale offre une protection similaire depuis une vingtaine d’années.

Mais pour avoir droit à ces privilèges, les acheteurs doivent contracter une hypothèque auprès d’un démarcheur hypothécaire de la Banque Nationale, de Desjardins ou de la Banque de Montréal.

Pourquoi cette contrainte ? Parce que ces prêteurs retournent une juteuse commission de 0,5 % du montant du prêt au courtier.

Cela fait de coquettes sommes, quand on sait qu’une maison unifamiliale vaut facilement un demi-million de dollars à Montréal. Sur une hypothèque de 400 000 $, le courtier recevra par exemple 2000 $. Juste pour refiler le nom du client au prêteur. Voilà de l’argent vite fait ! Sans compter que le propriétaire du bureau de courtage ainsi que la société mère reçoivent eux aussi leur quote-part.

Bien sûr, le client est libre d’aller voir ailleurs. Mais le courtier lui fait alors signer un formulaire de renonciation qui risque de lui donner des remords. Bref, tout est mis en place pour inciter l’acheteur à faire affaire avec le prêteur qui donne un cadeau au courtier.

Avec ou sans programme d’assurance, ce système de commissions en échange de références existe depuis belle lurette dans le courtage immobilier. Mais il est appelé à disparaître dans le cadre du projet de loi 141 récemment adopté.

L’intention de Québec est de bannir les commissions lorsqu’elles sont conditionnelles à la conclusion d’une hypothèque.

Les commissions pour la simple référence de clients seraient encore permises, mais il y a fort à parier que les prêteurs n’offriraient plus grand-chose aux courtiers qui ne font que remettre leur carte professionnelle à un client, sans obligation de résultat.

De leur côté, les prêteurs hypothécaires espèrent que les courtiers immobiliers obtiendront leur permis de courtage hypothécaire.

Il faut savoir que les institutions financières versent une commission plus élevée aux courtiers hypothécaires ( environ 1 % de la valeur de l’hypothèque ). Mais ceux-ci font un véritable acte de courtage.

Ils analysent le dossier de crédit et les besoins du client, puis ils choisissent l’hypothèque la mieux adaptée parmi les quelque 150 produits sur les rayons. Autrement dit, ils font un vrai magasinage.

C’est bien différent du courtier immobilier, qui se contente d’aiguiller son client vers un prêteur qui le rémunère, sans que le client sache trop ce qui se passe dans les coulisses.

En théorie, les consommateurs doivent être informés des commissions versées par la bande à leur courtier immobilier. Mais en pratique, l’avis de divulgation arrive trop tard.

C’est souvent le démarcheur qui le fait signer à travers le tas de papiers que le client aura à signer quand la transaction sera bouclée.

Il est alors trop tard pour que le client change son fusil d’épaule. Mais de toute façon, le client ne risque pas de tiquer, car le formulaire ne présente même pas le montant de la commission, ni en pourcentage ni en dollars sonnants et trébuchants, comme cela se fait en Colombie-Britannique.

Les clients sursauteraient s’ils apprenaient que leur courtier touche une ristourne qui se chiffre en milliers de dollars et ils se demanderaient ce qui justifie une telle commission.

Cette relation entre le courtier et le représentant hypothécaire pose un problème d’éthique. Même si le client reste libre d’aller voir ailleurs, le système de référence est conçu pour influencer ses choix, pour le guider dans une direction qui rapporte davantage au courtier.

N’en déplaise aux courtiers immobiliers, l’actuel système de commission doit être revu et corrigé pour éliminer les conflits d’intérêts. C’est exactement ce que les États-Unis ont fait après la crise de 2008.

 D’après : Cadeau ou menottes de votre courtier immobilier ? de Stéphanie Grammond, La Presse, 3 juin 2018 ( Dans la série : Dans les coulisses de votre hypothèque. )
Vous avez aimé notre article? Partagez!

Faire le ménage dans l’industrie de l’assurance dommages

Si on avait le goût d’applaudir, l’automne dernier, quand Québec a décidé de faire le ménage dans l’industrie de l’assurance de dommages (auto et habitation). Mais les jeux de coulisses en marge des consultations sur le projet de loi 150 feront peut-être en sorte que les consommateurs s’en fassent passer une p’tite vite.

Comme cela a été maintes fois dénoncé, de nombreux cabinets sont maintenant contrôlés par un gros assureur à qui ils envoient pratiquement tous leurs clients, sans aucune forme de magasinage. En fait, ces représentants n’ont de courtier que le nom. Ainsi, de nombreux consommateurs paient trop cher, sans le savoir.

Pour assainir l’industrie, le gouvernement veut forcer les courtiers à présenter au moins quatre soumissions à chacun de leurs clients. De plus, leur cabinet ne pourra pas être détenu à plus de 20 % par un assureur.

Pour leur part, les représentants qui ne magasinent pas vraiment deviendront tout simplement des « agents affiliés » à un assureur et le grand public saura à quoi s’en tenir.

Courtier d’un côté, agent de l’autre. La solution a le mérite d’être claire.

Mais voilà que l’Alliance pour un courtage plus fort, qui regroupe beaucoup de cabinets contrôlés par un assureur, réclame la création d’un troisième titre, soit celui de « courtier affilié ». Celui-ci pourrait présenter la soumission d’un seul assureur. Et cet assureur pourrait détenir 49 % des actions avec droit de vote de son cabinet, et même 80 % des actions participantes.

Cela n’a aucun sens. À la base, « courtier » et « affilié » sont deux termes contradictoires.

Un courtier doit être indépendant, alors qu’un affilié est forcément lié à quelqu’un. Fusionner les deux mots dans une seule expression est pour le moins tordu. Cela ne ferait qu’entretenir la confusion dans l’esprit du public.

Les vrais courtiers indépendants sont outrés, même s’ils ont peur de le dire haut et fort à cause de l’influence exercée par les gros assureurs. « Le gouvernement va rabaisser notre profession en faisant croire au public que les agents sont des courtiers », disent-ils. Et ils ont raison.

Par ailleurs, l’industrie réclame aussi des assouplissements au projet de loi 150 quant au nombre de soumissions qui devraient être présentées par un courtier.

La règle des quatre soumissions semble mal adaptée du côté commercial dont l’univers est beaucoup moins standardisé. Le travail du courtier repose davantage sur la négociation avec un seul assureur, pour développer une police sur mesure qui répond exactement aux besoins de son client, que sur le magasinage de prix auprès de différents assureurs.

Du côté des particuliers, certains se plaignent qu’en exigeant quatre soumissions, on nuira aux petits cabinets.

Il faut savoir que le cabinet moyen a des revenus primes de 2,2 millions de dollars par année. Souvent, les assureurs exigent d’un cabinet qu’il leur achemine de 500 000 $ à 1 million de revenus par année pour faire affaire avec lui. Sinon, la relation d’affaires coûte trop cher pour les bénéfices qu’elle rapporte.

Certains petits cabinets pourraient donc avoir de la difficulté à obtenir quatre soumissions. Mais ils auraient des manières de s’en sortir, par exemple en adhérant à une enseigne qui donne accès à une brochette d’assureurs.

Mais que le chiffre magique soit de trois ou quatre soumissions, il faut réaliser que ce ne sera pas suffisant pour mettre les courtiers à l’abri de l’influence indue qu’exercent les assureurs par toutes sortes de moyens insidieux. Pensons entre autres au système de commissions qui force les courtiers à envoyer sans cesse davantage de clients à un assureur.

Pour agir de manière durable, Québec devrait donc édicter un principe plus large d’indépendance, et pas seulement s’attaquer au problème sous un seul angle, celui du nombre de soumissions minimum, que l’industrie aura tôt fait de contourner.

Il faudrait aussi qu’il confie un mandat de surveillance clair à l’Autorité des marchés financiers (AMF), qui n’a pas joué suffisamment son rôle ces dernières années.

L’industrie est complètement polarisée, déchirée. Pour vous donner une idée, lors du dernier congrès du Regroupement des cabinets de courtage d’assurance du Québec (RCCAQ), une partie de la salle s’est levée pour applaudir le discours prononcé par le ministre des Finances Carlos Leitão, tandis que d’autres participants le huaient.

D’après : Désolée, vous n’êtes pas courtiers d’assurance de Stéphanie Grammond, La Presse+, le 10 février 2018
Vous avez aimé notre article? Partagez!